3C Var Ouest : Centre de Coordination en Cancérologie

Cancers expliqués


Cancer du sein

La grande majorité des cancers du sein sont des "adénocarcinomes", c'est-à-dire qu'ils se développent dans la glande mammaire, à partir des cellules des canaux (cancer canalaire) ou des lobules (cancer lobulaire).

On distingue deux types de cancers du sein :

- Les cancers sont dits "infiltrants" lorsque les cellules cancéreuses franchissent la paroi des canaux ou des lobules ; le cancer canalaire infiltrant est la forme la plus fréquente, le cancer lobulaire infiltrant étant beaucoup plus rare. Les cancers infiltrants peuvent disséminer vers les ganglions (les plus souvent touchés sont les ganglions axillaires, situés au niveau des aisselles) ou d'autres parties du corps, à l'origine de tumeurs secondaires ou métastases. Les organes les plus susceptibles d'être le siège de métastases d'un cancer du sein sont les os, les poumons, le foie et le cerveau.

- Les cancers sont dits "intracanalaires" ou encore "in situ" si les cellules cancéreuses demeurent à l'intérieur des canaux ; ils sont le plus souvent découverts lors d'un examen de dépistage systématique par mammographie. Dans certains cas, ce cancer in situ peut être révélé par un écoulement de sang du mamelon ou un eczéma à ce niveau.

Ces deux types de cancers se traitent généralement de façon différente. Les cancers "infiltrants" peuvent associer des traitements locaux (chirurgie, radiothérapie) et des traitements plus généraux (chimiothérapie, hormonothérapie), alors que pour les cancers "in situ", le traitement local peut suffire.

Pour obtenir des informations complémentaires, consulter le guide d'information édité par SOR Savoir Patient.




Cancer du cerveau

Une tumeur cancéreuse cérébrale est un amas de cellules cancéreuses au niveau du cerveau.

Il y a différents types de cancers du cerveau :
- tumeur primaire ou secondaire (métastase)
- selon l'origine de la cellule cancéreuse (cerveau, tronc cérébral ou méninges)

Les causes des tumeurs cancéreuses cérébrales restent aujourd'hui inconnues.

Les signes cliniques dépendent essentiellement de la zone du cerveau atteinte. Aucun n'est spécifique d'un cancer : c'est leur persistance qui doit alerter. Le diagnostic repose sur les examens radiologiques (scanner cérébral et IRM) et sur la biopsie de la tumeur qui permet l'examen histologique des cellules tumorales.

Les traitements font appel à la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. Le choix des traitements dépend de la nature de la tumeur et de sa localisation dans le cerveau. Une surveillance prolongée est nécessaire pour prendre en charge les effets secondaires des traitements et pour détecter une éventuelle récidive. Dans ce cas, le traitement va dépendre du traitement initial, de la durée de la rémission et de la localisation de la récidive.

Le pronostic est essentiellement lié au type de tumeur, à sa taille et aux possibilités de traitement. L'âge et l'état de santé du patient sont également des paramètres importants à prendre en compte.




Cancer du foie

Le foie est un organe vital qui intervient dans le stockage du glucose, la fabrication de la bile et la détoxication.

L'incidence du cancer primitif du foie ou hépatocarcinome est en forte augmentation depuis une vingtaine d'années. Il touche l'homme le plus souvent. Le cancer primitif du foie se développe le plus souvent à partir d'une cirrhose ou d'une hépatite chronique. Les principaux facteurs de risque sont l'alcoolisme et l'infection par les virus de l'hépatite B ou C.

Le cancer secondaire du foie ou métastase hépatique peut compliquer la plupart des cancers.

La prévention passe essentiellement par la limitation de la consommation d'alcool et les mesures de protection contre la transmission des hépatites virales B et C.

Le diagnostic d'un cancer du foie repose principalement sur l'échographie, le scanner et/ou l'IRM. En cas de doute, c'est la biopsie hépatique qui confirme le diagnostic.

Le traitement du cancer du foie dépend surtout de la taille de la tumeur. Il est essentiellement chirurgical (hépatectomie partielle). Alcoolisation et chimio-embolisation constituent des alternatives au traitement chirurgical. La chimiothérapie a des indications limitées car son efficacité est limitée dans le cancer du foie.

Le pronostic du cancer du foie est lié à son extension et aux complications cliniques qu'il entraîne.




Autres cancers

Vous pouvez consulter les guides d'information édités par SOR Savoir Patient :
- Cancer des ovaires
- Cancer de la prostate
- Cancer du poumon
- Cancer du rectum
- Mélanome de la peau
- Risque familial de cancer du sein et de l'ovaire




Plus d'informations

Pour obtenir des explications complémentaires, consultez le site internet de la Ligue contre le Cancer.